Couleurs et lumières tunisiennes

À Yasmine Hammamet, la journée de réflexion sur l’altérité s’achève sur les pastels. Quelques minutes plus tard, la mer et le ciel se rejoignent dans l’obscur.

 

 

À Chebika, près de la frontière algérienne, une oasis se cache au creux des montagnes. D’abord on grimpe, puis on redescend vers la source, et c’est là, en découvrant l’eau improbable au pied des falaises rocheuses, que mes souvenirs sont revenus d’un seul coup. À Tozeur depuis la veille, je cherchais des images d’avant. Il a fallu que mon appareil-photo me fasse faux bond pour que l’image enfouie ressurgisse, avec l’éclat vert des palmiers sur fond ocre. L’eau fraîche serpentant entre les roches résiste à la carte postale, elle invite au voyage, seul moyen de connaître l’émotion oasienne.

 

Lignes de sable, de sel et d’eau, formes évanescentes des montagnes au loin, et les mirages qui accompagnent la traversée du Chott el Jerid.

 

Rappel de l’Andalousie dans les lacets de la sierra du côté de Matmata, des demeures troglodytes au nord et au sud de la Méditerranée.

Publicités
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :