Paris sonore

« Paris, arsenal sonore » : tel était le titre du parcours proposé par Yvan Dendievel dans le cadre du colloque« Ville et géopoétique » le jeudi 12 juin 2014.

DSC09589La balade commence sur la place de la Bastille, en pleine cacophonie ; pour entendre les poèmes de Lorand Gaspar il nous faut tendre l’oreille. Distribués au hasard à chacun des participants, ceux-ci ponctueront le parcours, semant au passage quelques éclats solaires ou désertiques, propulsant l’esprit en de vastes contrées, scandant le désir et les sensations nées au contact des éléments.

Quelques marches plus bas, un quai à l’ombre longe la Seine, procurant soudain un silence apaisant, étonnant, sur lequel flottent quelques péniches bien amarrées, des péniches devenues jardins, ou gardiennes de chats, entre lesquelles trois canards se glissent, et l’on se surprend à questionner la berge d’en face, aux airs de plage, sur laquelle se prélassent des corps nonchalamment étendus en plein soleil. On devine les gens en train de papoter, et on remercie la distance de ne pas porter leurs voix jusqu’à nous. Lequel des deux quais est le plus propice à la démarche géopoétique ? Entre le quai ensoleillé, aménagé pour les promeneurs, et le quai ombragé, où le calme et la compagnie des péniches se savourent de manière impromptue, la discussion s’engage, où les amateurs de coins perdus ont de toute façon gagné d’avance.

DSC09591

Lionel remonte l’escalier pour capter le contraste saisissant entre la cacophonie du haut et le silence du bas, son enregistreuse à la main, avant de nous lire quelques fragments signés Reda, un surplus de citations n’ayant pas trouvé leur place dans la conférence qu’il prononcera le lendemain, pour notre plus grand bonheur. Des pigeons et des mouettes traversent le ciel, recueillant sur leurs ailes quelques miettes de soleil. D’énormes tanches se pressent près de l’écluse, espérant peut-être une sortie vers l’eau libre.

Sous le pont, nous faisons une pause pour sentir le plafond vibrer au son du train qui roule au-dessus de nos têtes. Le rythme rappelle celui du cœur, un cœur immense, gigantesque, angoissant, dont nous attendons le battement suivant avec l’appréhension de ceux qui savent qu’un train leur passera dessus.

DSC09595

Autre quai, autre lumière, autre ambiance acoustique : ici les bateaux bougent, on distingue la basse de la péniche, le hurlement des sirènes des sauveteurs, les ritournelles pour touristes des bateaux-mouches, la musique classique du bateau-restaurant, et toutes ces langues entendues en chemin, parmi lesquelles le français traîne loin derrière les autres… À mon tour de lire, j’ai choisi un lieu moins bruyant, mais malgré tous mes efforts ma voix ne porte pas. Alors les têtes se rapprochent, le cercle se referme – intimité de la parole poétique échangée sur les quais.

DSC09602

Lors d’une halte dans un paysage minéral et aquatique, Yvan sort sa clarinette et se laisse aller à l’improvisation. Les sons se distribuent tout autour en de longues méditations musicales, effleurant les toits, le pont en face – les voitures avancent et s’arrêtent au rythme de la musique, remarque Brigitte –, le timbre de l’instrument nous guide, dirige notre attention vers tel ou tel endroit, construisant à sa guise un paysage sonore diffracté, où se mêlent les aboiements du chien, les cris des gens sur le fleuve, le bruit de l’eau et du vent dans les feuilles au-dessus de nous. De longues phrases se déroulent sur une seule note et prolongent la ligne ouverte par le fleuve, le musicien se laisse imprégner par le lieu, il étire le son et le module pour le laisser planer au-dessus de l’eau, la musique n’est plus que souffle, brise, l’émotion nous frôle, portée par la caresse du vent. Les pensées s’évident, l’esprit se libère pour accueillir la joie, intense, qui emplit l’espace, et soudain des rythmes auvergnats surgissent, réactivant pour un temps la mémoire du quartier, peuplé par des gens venus du lointain Massif central. Nos derniers pas nous conduiront jusqu’aux quatre cloches muettes de Notre-Dame, des cloches aux prénoms féminins composés et désuets déposées l’une près de l’autre et que l’on entend encore, pour peu qu’on prête l’oreille par-delà les siècles, sonner la libération de Paris.

Grand moment de géopoétique urbaine, parcours unique, tout en contrastes, offert en bord de Seine, axé sur le partage d’une sensibilité et qui révèle, en un point d’orgue, un accord secret avec le monde.

Rachel Bouvet

Guérande, le 17 juin 2014.

 

Publicités