« Pour une approche géopoétique du récit de voyage »

Un article écrit en collaboration avec Myriam Marcil-Bergeron et publié en ligne dans le dossier de la revue Arborescences (Études françaises, Toronto) consacré aux liens entre la littérature et l’espace. http://www.erudit.org/revue/arbo/2013/v/n3/index.html

Vallée du Drâa

Vallée du Drâa

Cet article présente les bases du mouvement initié par l’Institut international de géopoétique. La dimension transdisciplinaire de ce champ de recherche et de création, fondé par Kenneth White en 1989, de même que la prédominance de certains principes tels que le nomadisme, le dehors et la critique radicale, rejoignent plusieurs préoccupations propres au récit de voyage, situé au croisement de la littérature et de la géographie. L’approche géopoétique ouvre la réflexion aussi bien sur le pôle poétique, soit le rapport intrinsèque entre le voyage vécu et l’écriture du voyage, que sur le pôle de la lecture, qui implique de prendre en considération la subjectivité du lecteur et son propre rapport au monde. L’examen de quelques Écrits sur le sable d’Isabelle Eberhardt donne l’occasion d’explorer différentes notions importantes en géopoétique telles que le paysage, la polysensorialité et le mouvement.

Publicités