Des cailloux en chemin

8 juillet 2009, Jardins du Précambrien,
site no 6, installation de Suzanne FerlandL1.
Symposium d’art international d’art in situ, Fondation
Derouin, Val-David.

De loin, on aperçoit des visages de pierre en haut des arbres. Qui est-ce ? Pourquoi ces
troncs ont-ils des têtes humaines ? Comment la pierre peut-elle tenir en équilibre sur des poutres
aussi minces ? De loin, ils semblent nous attendre, postés qu’ils sont de chaque côté du sentier et
placés en vis-à-vis, comme deux sentinelles qui nous invitent à entrer, à condition de passer en
silence sous leurs regards hautains. Plus tard, je saurai ce qu’ils représentent, pourquoi ils sont là,
mais j’aimerais faire durer encore un peu l’énigme de la pierre. Voici donc des cailloux qui
ouvrent le chemin et qui font lever la tête, jusqu’aux plus hautes branches.

(la suite ici)

Publicités
Article précédent
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :